Témoigner du changement dans les sociétés diversifiées

Diversité et démocratisation en Bolivie :
les sources d’inclusion dans une société autochtone majoritaire

Date de parution: mai 2017

Malgré la croissance économique des dernières années, des taux élevés de pauvreté et des inégalités économiques persistent chez les membres de la majorité autochtone de la Bolivie. L’élection du premier président autochtone du pays en 2005 a marqué un virage transformateur dans l’identité nationale du pays — se détachant des idées assimilationnistes préconisées par les élites blanches ou mestizas et s’approchant d’une conception « plurinationale » plus inclusive de l’identité. De nouveaux engagements constitutionnels envers les droits culturels, les droits des autochtones, les droits socioéconomiques et la protection contre la discrimination ont été adoptés, mais se sont avérés difficiles à appliquer étant donné que la longue dépendance du pays à l’extraction et à l’exportation des ressources naturelles complique la véritable politique du droit. En ce qui concerne les droits des autochtones et la politique majoritaire, quelles sont les limites du changement discursif de la Bolivie?

REGARDER L’ENTREVUE

Brett Gustafson

Bret Gustafson est professeur agrégé au Département d’anthropologie de l’Université de Washington à Saint-Louis. Depuis 1992, il travaille et effectue des recherches en Bolivie, surtout en collaboration avec l’Assemblée autochtone des Guaraní du sud-est du pays. Son intérêt principal porte sur la politique de l’éducation linguistique des autochtones dans le contexte des réformes scolaires néolibérales, un travail publié dans le livre New Languages of the State: Indigenous Resurgence and the Politics of Knowledge in Bolivia (Duke, 2009). Il poursuit ses recherches et sa rédaction sur la politique linguistique et éducative. Son projet de recherche et d’écriture actuel porte sur la politique d’extraction du gaz, l’indigénéité et la redistribution.