Le pluralisme et la responsabilité à l’égard du public

3
Avr
2014

Le pluralisme et la responsabilité à l’égard du public : mettre en place la Constitution kényane de 2010

Le 3 avril 2014, plus de 80 personnes se sont jointes à Yash Pal Ghai (Institut Katiba), Karuti Kanyinga (Institut d’études du développement, Université de Nairobi) et Patricia Kameri-Mbote (Doyenne de la faculté de droit, Université de Nairobi) à l’occasion d’une riche discussion sur le pluralisme et la responsabilité à l’égard du public au Kenya.

En 2010, après plus d’une décennie de débats et de discussions, les Kényans ont effectué une réforme constitutionnelle. La nouvelle Constitution répartit le pouvoir de l’État et s’attaque aux causes de nombreux conflits interethniques. Bien que la nouvelle Constitution présente une vision « révolutionnaire » d’une nation kényane inclusive et un État kényan réformé, les panélistes soutiennent que de nombreux obstacles s’opposent encore à l’application de cette Constitution.

Ce Forum, le quatrième de la série, a été présenté en partenariat avec le Centre de recherches pour le développement international et l’Institut Katiba.

Après le Forum, les éditeurs Yash Pal Ghai et Jill Cottrell ont signé des exemplaires du livre Ethnicity, Nationhood and Pluralism: Kenyan Perspectives, lequel a été copublié par l’Institut Katiba et le Centre mondial du pluralisme en 2013.

Conférenciers

Yash Pal Ghai

Bio

Patricia Kameri-Mbote

Bio

Karuti Kanyinga

Bio

Partenaires

Vidéos