Témoinger du changement dans les sociétés diversifiées

La démocratie et l’accommodement de la diversité : faire progresser le pluralisme par le partage du pouvoir, l’autogouvernance et le gouvernement limité

Date de parution: novembre 2018

La majorité des spécialistes conviennent que la gestion fructueuse des sociétés diversifiées requiert des pratiques démocratiques comme des élections multipartites et des protections efficaces pour les droits et libertés civiles. Cela est dû au fait que ces pratiques offrent un espace pour l’articulation, la représentation et l’accommodement d’intérêts ethniques divergents par des moyens pacifiques. Toutefois, la démocratie peut également être extrêmement fragile dans les sociétés profondément divisées en raison des divisions mêmes que la démocratie est censée résoudre. Des pays du monde entier ont cherché à parvenir à un équilibre par différentes approches envers la démocratie, que ce soit par le partage du pouvoir entre différents groupes; la décentralisation du pouvoir vers des formes de gouvernements locaux; ou la restriction du pouvoir du gouvernement en accordant un pouvoir à d’autres institutions comme les tribunaux. Toutes ces options présentent leurs propres occasions et défis, mais souligner chacune d’entre elles est nécessaire pour témoigner de la diversité dans les fondements mêmes de la pratique démocratique.

Rotimi Suberu

Rotimi Suberu enseigne la politique et les relations internationales au Collège Bennington. Ses principaux intérêts de recherche sont le gouvernement et la politique du Nigeria, la gestion des conflits ethniques et religieux ainsi que le fédéralisme et la démocratisation. Les publications de Suberu incluent Federalism and Ethnic in Conflict in Nigeria, de nombreux chapitres d’ouvrages et plusieurs articles dans des revues telles que African Affairs, Journal of Modern African Studies et Journal of Democracy. Rotimi Suberu a agi à titre de consultant auprès du gouvernement nigérian, de la Banque mondiale, de la Fondation nationale pour la démocratie, de Freedom House et du Forum des fédérations.