Appliquer une optique de pluralisme à la citoyenneté numérique et à l’inclusion dans les écoles

9
Oct
2019

Conférence internationale AFS : Citoyenneté active – quelle éducation pour y parvenir

Du 9 au 11 octobre, l’équipe du volet éducatif du Centre mondial du pluralisme (CMP) a participé à la Conférence internationale AFS 2019 à Montréal, au Québec. Les programmes interculturels AFS, un organisme d’échanges internationaux pour jeunes adultes ayant des bureaux dans plus de 55 pays, a choisi comme thème annuel « Citoyenneté active – quelle éducation pour y parvenir ». La conférence a attiré plus de 400 participants de plus de 280 organisations et 70 pays.

Ayant pour objectif d’explorer les défis et les possibilités de créer des milieux pédagogiques réellement inclusifs, l’équipe du volet éducatif du CMP a présenté un atelier d’une heure intitulé « Au-delà de la tolérance : appliquer une optique de pluralisme pour évaluer l’inclusion dans les écoles ». Environ 25 participants y ont assisté, notamment des universitaires, des enseignants et des professionnels de l’éducation de différents établissements et organisations du monde entier.

Après une brève introduction au « cadre de l’optique de pluralisme » du CMP, les participants ont abordé des questions de réflexion en groupe sur les défis et les meilleures pratiques :

  • Dans quelle mesure les pratiques d’enseignement et d’apprentissage encouragent-elles une réponse positive à la différence?
  • Dans quelle mesure des efforts sont-ils faits pour s’assurer que les milieux physiques et l’environnement plus large reflètent la diversité locale et le sentiment d’inclusion?
  • Dans quelle mesure les établissements pédagogiques se modèlent-ils sur le pluralisme?

 

Les participants ont souligné un éventail de défis, y compris :

  • Trouver un lieu de dialogue sécuritaire pour tous;
  • Aborder les perspectives de tous les intervenants, y compris les parents et la communauté au sens large;
  • L’accès institutionnel et physique pour les apprenants ayant un handicap;
  • L’inflexibilité du « matériel » dans des contextes pédagogiques (p. ex., programmes, politiques, examens, etc.); et
  • La mentalité des enseignantes et des enseignants.

 

Les meilleures pratiques ciblées comprennent :

  • La formation des enseignants et les échanges virtuels;
  • L’exposition à la différence à travers des enseignements en classe ainsi que du matériel et des activités pédagogiques;
  • Les programmes qui favorisent le savoir-être;
  • L’ouverture des étudiantes et des étudiants à la diversité;
  • La mentalité des enseignantes et des enseignants.

 

L’équipe du volet éducatif a partagé quelles étaient les meilleures pratiques selon son expérience et a discuté de la manière dont la technologie peut aider à favoriser le dialogue inclusif; de l’importance de la communication narrative comme façon de promouvoir l’empathie et l’ouverture; du développement de bonnes compétences en matière de réflexion historique; et de numératie numérique chez les jeunes.

Dans le cadre des activités de la conférence, la gestionnaire du volet éducatif Nicole Fournier-Sylvester a participé à la réunion de planification du Réseau régional GCED pour l’Europe et l’Amérique du Nord de l’UNESCO et de l’APCEIU et à une table ronde sur les médias, l’éducation et la citoyenneté mondiale active. Elle a également participé à la séance NOW de l’AFS diffusée en direct et intitulée Trusted Sources? Improving Media Literacy to Inspire More Global Citizens aux côtés de trois autres panélistes possédant une expertise des médias, des médias sociaux et du journalisme. Nicole a parlé des façons dont les médias sociaux peuvent être utilisés pour enseigner des compétences en matière de pensée critique ainsi que sur la façon dont les éducateurs peuvent utiliser ces espaces pour accéder et entrer en contact avec des perspectives et des points de vue sous-représentés ou marginalisés.

Mention de source : Caroline Perron