Panellists ForumPage Global Centre for Pluralism

Les perspectives du pluralisme après le printemps arabe : la Tunisie propose-t-elle une voie à suivre?

Le 22 octobre 2015 | Forum sur le pluralisme

 Oct22Forum Article Global Centre for Pluralism

Du gauche à droite: Son Excellence Mehdi Jomaa, M. Marwan Muasher et Mme. Bessma Momani

Dans l’ensemble de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, les premières avancées réalisées par le printemps arabe de 2011 ont été érodées par l’instabilité, la violence et un retour aux pratiques répressives des anciens régimes.Dans certains cas, la situation est plus volatile qu’elle ne l’était avant le printemps arabe.

Dans ce contexte, la Tunisie est le seul pays arabe qui s’est avéré un modèle de succès jusqu’à présent. Bien qu’encore fragile, l’expérience de la Tunisie propose-t-elle une voie à suivre aux autres pays de la région et au-delà?

Le 22 octobre l’ancien premier ministre de la Tunisie, Son Excellence Mehdi Jomaa, et l’ancien ministre des Affaires étrangères de la Jordanie, M. Marwan Muasher, de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, ont discuté des perspectives du pluralisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord dans le cadre d’un dialogue public animé par Mme Bessma Momani de l’Université de Waterloo.

Vidéos du Forum

(Les vidéos sous-titrées en français sont à venir.)

MOTS D'OUVERTURE:                                                       
Le secrétaire général John McNee

   

COMMENTAIRES DES CONFÉRENCIERS: 
Son Excellence Mehdi Jomaa                                              M. Marwan Muasher                             

          

 Mme. Bessma Momani



DIALOGUE DIRIGÉE                                                            QUESTIONS DU PUBLIC

           

Entrevues: 

Entrevue avec Mme. Bessma Momani                                   Entrevue avec Son Excellence Mehdi Jomaa

           

Entrevue avec M. Marwan Muasher


Galerie de photos


Vous êtes ici : Accueil Événements Forum Les perspectives du pluralisme après le printemps arabe : la Tunisie propose-t-elle une voie à suivre?